Google a récemment annoncé avoir développé une solution de diagnostic basée sur l’intelligence artificielle (IA) avec laquelle les utilisateurs peuvent analyser leurs affections cutanées simplement en utilisant leur smartphone. La fusion des secteurs de la santé et de la technologie continue à se poursuivre. Des entreprises, comme la société suisse Phonak, ont ​​réussi à combiner la technologie des aides auditives avec la technologie audio numérique de sorte que l’appareil auditif, autrefois une technologie visible attachée à l’arrière de l’oreille, est devenu un compagnon presque invisible.

La santé numérique est le terme clé, décrivant la fusion entre les applications de haute technologie et la santé humaine, le style de vie et le bien-être. Selon un rapport de Research Dive, le marché mondial de la santé numérique est sur le point de dépasser 1045,8 millions de dollars, avec une croissance de 33,4% par an de 2020 à 2027.

Tout le monde en profite

“Exploiter la puissance des technologies numériques est essentiel pour parvenir à une couverture sanitaire universelle”, a déclaré le Directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, lorsque l’organisation a lancé les premières lignes directrices sur l’intervention en santé numérique en 2019. “En fin de compte, les technologies numériques ne sont pas une fin en soi ; ce sont des outils vitaux pour promouvoir la santé, assurer la sécurité du monde et servir les plus vulnérables.”

Toute une gamme d’applications de santé numérique sont devenues courantes ou sont en passe d’être acceptées socialement. Les solutions de santé numérique suivantes offrent un aperçu sélectif mais en aucun cas complet de ce qui est aujourd’hui ou sera possible à l’avenir.

Paiements sans contact

Chaque personne bénéficie de la technologie numérique de la santé au moins une fois par semaine lorsqu’elle fait ses courses et paie les biens ou les services à la caisse avec une carte de débit ou de crédit sans contact sur un terminal de paiement. L’utilisation de monnaie en plastique évite de toucher des billets ou des pièces insalubres, un point important depuis la pandémie de Covid-19. Même les sceptiques de la technologie sont passés de l’argent liquide à l’argent électronique pour faire des achats “propres”. Des solutions biométriques comme les machines à scanner de l’iris sont en cours de développement ou déjà utilisées également dans les aéroports par exemple afin de réduire au minimum les contacts physiques à risque avec l’index ou la paume. Même en Suisse, un pays qui utilise traditionnellement beaucoup l’argent liquide, 75% des consommateurs paient aujourd’hui par carte, contre 60% il y a un an, selon le cabinet d’études Comparis.

Robots-café

En Allemagne, KUKA, un leader du marché de l’automatisation industrielle, a fourni des machines à café sans contact actionnées par un bras robotisé. La demande a grimpé en flèche avant la pandémie pour les conventions où des centaines de personnes demandent une tasse de café. L’avantage : ni la machine ni les boutons de la machine ne doivent être touchés, donc la seule chose qui tombe dans la main du consommateur est le petit papier rempli de latte, macchiato ou cappuccino. Même la question standard “avec sucre ou sans?” peut être contrôlé par la voix ou via une télécommande sans contact. “La taille du marché mondial de l’automatisation des processus robotiques était évaluée à 1,57 milliard USD en 2020 et devrait croître à un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 32,8% de 2021 à 2028″, indique une étude de Grand View Research.

Appareils de surveillance

Les personnes souffrant de troubles de l’alimentation ou de diabète, d’une perturbation métabolique qui augmente la glycémie ou d’asthme utilisent des dispositifs de surveillance de plus en plus souvent installés sur leurs smartphones. Ces applications indiquent aux patients quand prendre le prochain repas et aident leurs médecins à créer un historique des symptômes récurrents et à les traiter en conséquence. Ces appareils et applications ont un potentiel énorme dans les pays en développement en particulier, qui sont confrontés à une densité de médecins par habitants plus faible que dans le monde développé. 

Réunions de groupe virtuelles

Ce qui semble ordinaire à première vue est en fait une expérience très enrichissante pour les personnes qui ont souffert d’isolement et de problèmes de santé mentale. Les rencontres en ligne sur des applications de vidéoconférence telles que Skype, Zoom, Webex ou WeChat ont soulagé ceux qui n’ont pas pu rencontrer leur famille et leurs amis en raison de divers confinements à travers le monde. Ces apps permettent aussi d’obtenir des conseils en ligne auprès de médecins ou de psychiatres. Cependant, avec plus de pays sortant du confinement comme la France ou le Royaume-Uni, l’utilisation de la vidéoconférence semble également avoir atteint un sommet. Les actions de Zoom Video Communications ont atteint un plateau depuis le début de l’année après avoir été multipliées par cinq en 2020.

Réalité immersive

Faire les premiers pas après un accident peut être délicat lorsque les gens ont un espace limité, mais utiliser la réalité immersive peut aider en simulant un environnement virtuel. Les hôpitaux utilisent le service de réalité immersive de Siemens AG pour soutenir la formation en rééducation des patients. Suite à une blessure, un joueur de tennis professionnel peut par exemple revigorer ses premiers coups avec des lunettes qui simulent un court de tennis et avec un joystick avec un capteur embarqué qui simule une raquette. Un rapport de Grand View Research indique que “la taille du marché mondial de la réalité virtuelle était évaluée à 15,81 milliards USD en 2020 et devrait croître à un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 18,0% de 2021 à 2028.”

Diagnostic et opération à distance

Les outils visuels en ligne sont de plus en plus utilisés pour le diagnostic à distance et même aider lors d’opérations. En 2018, les Émirats arabes unis (EAU) ont lancé un projet basé sur l’IA pour lutter contre des maladies graves comme la tuberculose, a déclaré un ministre des EAU. “Le diagnostic basé sur la radiographie pulmonaire fonctionnera en quelques secondes grâce à l’algorithme”, a déclaré le ministre. “Un médecin physique n’est pas nécessaire sur place et n’est consulté que dans de rares cas”, a expliqué le ministre des Emirats Arabes Unis pour AI Omar Al-Olama. Selon Olama, “10 millions de nouveaux cas de tuberculose sont enregistrés chaque année dans le monde, tandis que 2 millions de personnes meurent chaque année à cause de la maladie”.

L’IoT pour lutter contre le manque de sommeil

Qui n’a pas fait l’expérience de recevoir un appel de réveil depuis son propre smartphone ou le service hôtelier à 6h du matin pour assister à une réunion d’affaires à 8h30 et lire ensuite un e-mail qui est arrivé pendant la nuit annulant ce rendez-vous ? Par conséquent, si l’alarme “connaissait” l’annulation, une heure de plus de sommeil aurait été possible. Selon le cabinet de conseil en services financiers Bryan, Garnier & Co, le manque de sommeil est l’un des problèmes de santé les plus courants au monde. La technologie basée sur l’Internet des objets (IoT) pourrait connecter les e-mails et l’agenda numérique et annuler le réveil en cas de changement d’agenda.

Source: Bryan, Garnier & Co

Wearables pour réhabilitation

Sars-CoV-2 a également rappelé aux individus que leurs propres appareils comme les smartphones ou les montres intelligentes ont une fonction à double usage : ils maintiennent l’employé connecté avec leurs employeurs et ils peuvent être utilisés pour surveiller la tension artérielle et les progrès tout en faisant du sport dans le parc ou le long de la rivière. Qu’il s’agisse de professionnels du sport en convalescence ou de personnes comme vous et moi souhaitant se remettre de la grippe : le petit compagnon à notre poignet mesurant le nombre de kilomètres parcourus nous tient au courant des progrès vers un corps et un esprit sains. “Bien qu’il n’y ait pas de substitut au conseil en réadaptation, la technologie – en particulier les appareils portables et les applications discrètes sur les appareils personnels – peut aider les personnes aux prises avec une dépendance à travailler dans des moments vulnérables et potentiellement réduire les risques de rechute”, a déclaré à Forbes Adnan Asar, PDG de la société de technologie Lucid Lane, avant de rajouter : “Par exemple, nous combinons les évaluations de la santé avec la télésanté pour intégrer des interventions fondées sur des données probantes pour gérer les troubles liés à l’utilisation de substances avec tous les avantages de la technologie.”

Robots d’aide à domicile, de gardes d’enfants ou de maisons de retraite

Grâce à la numérisation, les travailleurs de la santé surchargés de travail ont une main invisible. Un robot à la maison servant de la nourriture à une personne déterminée n’est plus une fiction mais déjà une réalité au Japon, le pays avec l’espérance de vie la plus élevée au monde (femmes: 87 / hommes: 81). En combinaison avec l’intelligence artificielle ou l’IA, les robots sont même en mesure de trouver des cuillères, des assiettes ou des fauteuils roulants pour les personnes dans le besoin, allégeant ainsi la pression sur les infirmiers et médecins. Les crèches maternelles au Japon utilisent également de plus en plus de robots de garde d’enfants Sony ou NEC. Ils soulagent le personnel dans un contexte de pénurie chronique d’enseignants de maternelle et, comme effet secondaire positif, les tout-petits apprennent à gérer la haute technologie dès leur plus jeune âge.

Résumé

La santé numérique n’est en aucun cas une star éphémère, mais une tendance mondiale qui vient de démarrer dans toutes les branches. Avec l’augmentation des taux de vaccination à travers le monde, la fin de la pandémie est plus que jamais visible, même si le chemin vers l’immunité collective reste complexe. Que ce soit dans le magasin du coin ou dans les crèches: la technologie numérique de la santé est là pour rester.

The post Santé numérique, une tendance post-pandémique ? first appeared on ProcuRSS.eu.