De la simple rénovation de logement en passant par la reconversion professionnelle, cette approche pourrait également être propice à l’émergence de vocations parfois insoupçonnées.

Les projets de vie comme moteurs de la relance économique et du bien-être

Bercy l’a confirmé. Principal effet du confinement et des restrictions sanitaires, les Français ont accumulé une épargne record, entre 100 et 200 milliards d’euros, selon les chiffres de la Banque de France. Une épargne qui pourrait d’ailleurs atteindre les 200 milliards d’ici la fin de l’année. Le gouvernement cherche désormais le meilleur moyen de relancer la machine économique tandis que les entrepreneurs et les artisans attendent les prochaines directives pour relancer leur appareil productif au niveau d’avant crise. Malgré le ralentissement de leur activité, les entrepreneurs ont fait jusque-là preuve de résilience et ont manifesté leur envie certaine d’accélérer la reprise de leur activité.

Et ce ne sont pas les ménages français qui diront le contraire, de plus en plus nombreux à vouloir profiter de ces moments suspendus pour réaliser leurs projets de vie. Avec le développement des aides gouvernementales, l’Etat entend de son côté soutenir la relance et les inciter à dépenser plus pour répondre à leurs envies d’entreprendre. Alors que ces aides semblent bénéficier aux foyers tricolores, elles ont également l’avantage de soutenir l’activité des professionnels mise à rude épreuve par la crise. Un double effet que les citoyens ont les moyens de porter et peuvent consolider pour améliorer concrètement leur cadre de vie, le chiffre d’affaires des artisans, et obtenir par la même occasion ce renouveau que nous attendons tous.

Saisir de nouvelles opportunités et générer de nouveaux revenus

Si “l’effet couvre-feu” a quelque peu rebattu les cartes, nos modes de vie et de consommation ont également évolué avec lui. Même si cette tendance ne date pas d’hier, il est clair que la crise a participé favorablement à une certaine remise en question au sein des foyers, amenant parfois bon nombre d’entre eux à faire de nouveaux choix professionnels, plus mûris et cohérents avec leurs aspirations. Opportunités, talents cachés, envies d’apporter sa pierre à l’édifice associatif ou tout simplement volonté de rénover son propre bien… Les occasions ne manquent pas pour entreprendre tel ou tel chantier et prendre conscience de l’intérêt que l’on peut porter à une nouvelle activité et du bénéfice que la société peut en retirer à son tour.

L’exemple de l’entrepreneuriat comme nouveau projet de vie est à ce titre évocateur dans ce contexte. Alors qu’un salarié change en moyenne 10 fois d’emploi au cours de sa carrière (selon le CESE), c’est tout naturellement que se pose la question de la reconversion professionnelle en temps de crise, là où la stabilité de l’emploi peut parfois être menacée. La recherche d’une nouvelle activité professionnelle, qui constitue l’un des tous premiers projets de vie, peut conduire à faire le choix de l’indépendance et de la flexibilité. Des critères que l’on peut notamment retrouver dans les projets d’entrepreneuriat. Certains ont d’ores et déjà fait part de leur intention de se reconvertir pleinement dans une activité (parfois aux antipodes de la leur) lassés, par exemple, du salariat et désireux d’embrasser l’aventure de l’indépendance. Mais plus flagrant encore, celles et ceux qui, pendant le confinement ou les heures de télétravail, se sont découverts une passion pour une nouvelle activité telle que l’artisanat ou l’aide à domicile réalisent peu à peu qu’un nouveau champ de possibilités s’ouvre devant eux. Une quête de sens qui s’inscrit aujourd’hui plus qu’hier au cœur de leurs préoccupations et pourrait devenir une réelle tendance de fond.

Plus encore, cette démarche participerait à créer un véritable cercle vertueux tant pour les nouveaux adeptes, car génératrice de bien-être personnel et professionnel, que pour l’économie. Preuve en est : malgré la crise sanitaire, la création d’entreprises n’a pas failli en 2020. Bien au contraire, selon une étude de l’Insee publiée en février 2021, elle connaît même une augmentation de 4% par rapport à 2019, soit près de 850 000 entreprises fraîchement nées de la pandémie. Un signe encourageant pour la relance économique locale et dans l’Hexagone, qui pourrait très certainement en profiter pour reprendre de la vigueur sous couvert d’une amélioration de la situation sanitaire. Preuve supplémentaire du virage entrepreneurial très largement amorcé par les Français, cette augmentation tient en partie à la création d’entreprises individuelles, immatriculées sous le régime du micro-entrepreneur. Là encore, c’est 9 % supplémentaires par rapport à 2019.

Autant d’éléments qui témoignent bien du regain d’intérêt pour les projets de vie, amenés à générer de nouveaux revenus à l’échelle locale et contribuer, de facto, à alimenter la croissance et l’emploi.

The post Relançons l’économie en permettant aux Français d’accomplir leurs projets first appeared on ProcuRSS.eu.