Une étude de Harvard Business Review a révélé que les produits durables représentent désormais 16,6% de l’ensemble du marché des ventes. Depuis 2013, le taux de croissance est de 14,3%, soit 5,6 fois plus que pour les autres produits ne comportant pas la notion de durabilité. Les industries de la mode et du prêt-à-porter sont également touchées par ces changements et si les marques veulent s’aligner sur les besoins des consommateurs, elles doivent y répondre.

La transparence de la supply chain ou comment croître l’expérience client ?

Afin de répondre à la demande constante des consommateurs, les enseignes de prêt-à-porter et de mode doivent repenser leur approche de l’expérience client. Bien que des domaines tels que le marketing, les ventes et les politiques de retour soient toujours importants, la satisfaction du client est de plus en plus fondamentale pour de nouveaux départements. Afin de répondre aux exigences de durabilité et d’environnement, les marques doivent reconsidérer la valeur et le fonctionnement de leur chaîne d’approvisionnement. Non seulement leur supply chain doit continuer à assurer l’approvisionnement et la disponibilité des produits, mais elle doit désormais également se concentrer sur l’expérience client.

La réalisation d’audits d’usine et le respect des lois environnementales ont toujours été des conditions nécessaires pour les auditeurs et les superviseurs. Les marques de mode et de prêt-à-porter doivent désormais transmettre le même message aux clients. Divulguer des pratiques comme l’approvisionnement éthique des matières premières et l’utilisation de techniques de transport respectueuses de l’environnement peuvent être un puissant avantage concurrentiel.

De plus en plus de marques surfent sur la vague et communiquent sur leurs nouvelles pratiques et se font référencer sur des applications dédiées comme Clear Fashion qui permet aux consommateurs de s’informer et d’agir pour une mode responsable. Il leur suffit de rentrer le nom de la marque afin de découvrir l’analyse des engagements de plus de 370 marques selon 4 thématiques : Humains, Santé, Environnement, Animaux.

Adopter un transport et une logistique durables

Les émissions de dioxyde de carbone de la supply chain sont quatre fois plus élevées que les émissions de dioxyde de carbone de l’industrie manufacturière. Par conséquent, réduire l’impact du transport sur la supply chain peut s’avérer être une stratégie efficace pour acquérir et fidéliser les consommateurs soucieux de l’environnement. Cependant, ces changements ne doivent pas nécessairement se faire au détriment de l’entreprise ou du produit fabriqué. Par rapport à d’autres marques, des marques comme IKEA ont réduit leurs émissions en passant à des emballages plats. Grâce à cela, l’entreprise augmente le nombre de produits dans chaque conteneur, réduisant ainsi le nombre de conteneurs et le carburant nécessaire pour les transporter.

IKEA n’est pas la seule entreprise à penser de cette façon. Les entreprises de produits de grande consommation (PGC) ont également revu leurs emballages ces dernières années. Par exemple, il a récemment été affirmé que la diminution du diamètre des rouleaux de papier toilette et l’augmentation des niveaux de concentration dans les produits ménagers étaient des changements environnementaux. Même Apple a pris des mesures durables, notamment en supprimant les chargeurs des nouveaux produits. Chacun de ces petits changements permet d’adapter et de réduire les emballages, réduisant ainsi le nombre de véhicules et les émissions de dioxyde de carbone pendant les livraisons.

La montée en puissance de l’économie circulaire

L’emballage est l’une des nombreuses méthodes possibles. Récemment, en raison de l’économie circulaire, nous avons vu de plus grands changements commencer à se concrétiser. Grâce à ce mode de fonctionnement, les produits non utilisés ou retournés peuvent être réinjectés dans la chaîne d’approvisionnement pour réduire les déchets. D’ici 2025, la croissance dans ce domaine devrait représenter 1 billion de dollars dans le monde. H&M est l’un des pionniers, avec sa nouvelle marque Sellpy spécialement conçue pour vendre des vêtements d’occasion. Mais, des piliers tel que Patagonia, ont toujours beaucoup de succès dans ce domaine, en effet, leur programme «Worn Wear» fournit des bons d’achats aux clients qui rachètent des vêtements d’occasions, afin que la marque puisse non seulement montrer sa promesse durable, mais aussi réaliser de nouvelles ventes. Dans le cas de Sellpy et Patagonia, les marques ont réussi à répondre aux besoins des clients tout en renforçant leurs engagements environnementaux. Cependant, pour permettre de tels programmes, les marques de prêt-à-porter et mode doivent dorénavant revoir leurs systèmes informatiques et leur supply chain.

La mise en place d’ERP innovant est essentielle pour évoluer dans une direction plus durable et éthique. Combiné aux changements de processus internes, l’ERP peut être intégré aux systèmes existants et aux nouveaux systèmes. Cela permettra aux entreprises d’avoir une meilleure vue à 360° afin d’être en mesure de répondre aux nouvelles habitudes de consommation.

Alors que les consommateurs choisissent de plus en plus de marque avec des chaînes supply chain transparentes, éthiques et durables, les supply chain manager devront s’assurer qu’ils disposent de systèmes adaptés. En outre, les marques de mode doivent désormais intégrer l’expérience client dans une approche holistique et s’assurer qu’elles disposent du bon système pour y parvenir.

The post Quels sont les impacts du développement durable dans l’industrie du fashion retail ? first appeared on ProcuRSS.eu.