Fred Potter, fondateur et président de Netatmo. © Netatmo

JDN. Netatmo vient de fêter ses dix ans. Quel bilan tirez-vous de cette décennie ?

Fred Potter. Netatmo se porte pour le mieux, nous enregistrons une croissance à deux chiffres depuis 2018. Même pendant la crise sanitaire en 2020, alors que le groupe Legrand était en recul de 9%, nous avons réalisé une croissance de 10% portée par la demande des consommateurs, confinés chez eux et intéressés par l’aménagement de leur maison. L’intégration au groupe Legrand est on ne peut plus réussie (le rachat a été effectué en novembre 2018, ndlr). Le groupe a une parfaite maîtrise des acquisitions, nos équipes travaillent ensemble sur tous les produits, les organigrammes se croisent et il n’y a eu aucune fuite de talent. Il n’y a pas beaucoup d’autre start-up rachetée par un groupe du Cac40 qui peut se prévaloir d’un bilan aussi positif. Eliot, le programme IoT de Legrand, a commercialisé au total plus de 813 millions d’objets connectés et représentait 13,1% du chiffre d’affaires du groupe en 2020 (Netatmo représente 1% du chiffre d’affaires global du groupe, ndlr).

Sur quels produits travaillez-vous actuellement ?

Nos efforts restent focalisés sur le visiophone connecté Classe 300X commercialisé sous la marque Legrand, pour lequel nous accélérons la communication en Espagne. Côté Netatmo, nous maintenons notre roadmap pour sortir quatre produits par an. Netatmo annoncera prochainement un détecteur de CO2.

L’entreprise est-elle ralentie dans ses projets par la pénurie de composants ?

La situation est évidemment difficile, nous avons dû sécuriser dès septembre 2020 toutes nos commandes de composants pour l’année 2021 (lire notre article Trois conseils pour surmonter la pénurie des semi-conducteurs dans l’IoT, ndlr). Cette anticipation nous a évité de fermer des sites. Pour surmonter une telle épreuve, il est indispensable d’avoir de bonnes relations avec les fournisseurs. D’autre part, le fait que nos produits pour la maison connectée aient un cycle de vie long contribue à nous aider dans ce contexte.

Votre stratégie sur le marché a-t-elle évolué ?

Non, nous nous focalisons toujours sur la sécurité. Les notions de sécurisation des produits à la conception, de privacy by design et de transparence vont à long terme devenir le critère numéro un du choix d’une marque aux yeux des consommateurs pour l’achat de leurs produits. Il faut même s’attendre à ce que la réglementation s’en empare et qu’une norme CE soit établie sur le sujet. Disposer dès maintenant de produits qui respectent ces critères est un facteur différenciant pour assurer le positionnement de la marque. Par ailleurs, dans le résidentiel, notre stratégie consiste toujours à proposer des objets connectés sans abonnement qui répondent aux besoins des habitants. Sur le marché de la smart home, notre plus gros concurrent n’est pas Google Nest, qui possèdent des gammes similaires aux nôtres, mais Leroy Merlin avec ses objets connectés Enki, sans abonnement et bon marché. Pour le reste de l’année à venir, nous avons noué une collaboration avec Agencedesmediassociaux.com pour réaliser du contenu avec des influenceurs sur Instagram afin de faire connaître davantage la marque auprès du grand public.

Travaillez-vous sur le nouveau standard Matter ?

Legrand fait partie du conseil d’administration de l’Alliance Zigbee, renommée CSA. Nos équipes participent aux spécifications du standard Matter depuis ses débuts. Nous effectuons en juin une thèse d’interopérabilité. C’est un sujet important car le coût d’intégration d’autres technologies, comme les assistants vocaux, n’est pas négligeable. Il est aujourd’hui indispensable de répondre à la promesse du contrôle vocal, quel que soit l’assistant souhaité par le client, car aujourd’hui le pilotage de la smart home est le deuxième usage des assistants vocaux, après la musique. C’est pourquoi nos produits supportent les assistants vocaux d’Apple, d’Amazon, de Google, de Tencent et de Yandex. Nous attendons de Matter une simplification sur ce sujet pour ne pas avoir à effectuer cinq fois le même travail. Notre deuxième attente est de pouvoir faire émerger sur le marché des catégories de produit qui peuvent apporter de la valeur mais qui ne justifiaient pas jusqu’à présent un investissement. Par exemple : les poignées de fenêtre, qui pourraient indiquer l’état de la fenêtre. Les consommateurs n’en ont pour l’heure pas le besoin car elles sont vendues avec les fenêtres, et pour les fabricants il est trop compliqué de développer un produit à part avec les gateway associées. Matter remédiera à cela. Les premiers produits certifiés Matter devraient être présentés lors du CES 2022.

Quels sont vos prochains enjeux ?

Dans le résidentiel, je crois beaucoup aux énergies renouvelables. Mais cette source d’énergie est intermittente, alors que les habitudes de consommation ne le sont pas. La capacité à déplacer les usages au cours de la journée est le seul moyen de procéder. Cela ne peut se faire qu’avec du stockage, une solution encore trop onéreuse, ou en pilotant la demande. Pour cela, le tableau électrique est indispensable. Nous travaillons à y injecter davantage d’intelligence pour que le tableau électrique définisse seul le meilleur moment pour recharger un véhicule électrique, lancer une machine à laver ou le ballon d’eau chaude. Un produit a été commercialisé en Italie il y a déjà un an pour permettre le délestage. Une première étape pour favoriser la transition énergétique.

Ingénieur de Télécom ParisTech, Fred Potter a rejoint en 1996 l’opérateur télécom Kaptech. En 2000, il crée Cirpack, une société qui développe des centraux téléphoniques permettant aux opérateurs télécom de produire les offres de téléphonie sur ADSL. Il a fondé Withings avec Eric Carreel en 2008, puis Netatmo en 2011 dans l’univers de la smart home. En novembre 2018, Netatmo se fait racheter par le groupe Legrand, dont Fred Potter devient CTO pour le programme Eliot afin de contribuer à la conception des offres connectées du groupe.

The post Fred Potter (Netatmo) : “Netatmo va injecter de l’intelligence dans le tableau électrique” first appeared on ProcuRSS.eu.