Gare à l’UX de votre site si vous souhaitez apparaître en bonne place dans les pages de résultats de Google. Si l’intérêt du moteur de  recherche pour l’expérience utilisateur n’est pas nouveau (preuve en est avec le mobile first indexing et le HTTPS), il franchit un nouveau cap ce 16 juin 2021, avec le déploiement de la Page Experience Update, qui vise, comme son nom l’indique, à intégrer à son algorithme des critères de user experience.

Google ajoute de l’UX dans le SEO

En plus de proposer un contenu de qualité, non dupliqué, un maillage interne et externe puissant et une base technique solide (robots.txt, sitemap, balises, redirections…), un bon site Internet doit donc désormais proposer une expérience agréable aux internautes. Une fois cela dit, comment s’y appliquer ? Heureusement, il est possible de savoir sur quoi repose l’UX pour Google. Celà grâce aux Core Web Vitals, des métriques de webperformance présentées l’an dernier par Google, en prévision de la Page Experience Update :

Le FID (First Input Delay) est un indice pour mesurer l’interactivité de la page durant son chargement. Cette métrique mesure le temps écoulé entre une action réalisée (un clic sur un bouton par exemple), alors que le navigateur charge le reste de la page, et le moment où le navigateur répond à cette interaction.Le CLS (Cumulative Layout Shift) permet d’indiquer si l’affichage d’une page est stable ou non. Cela peut comprendre les bandeaux publicitaires qui s’affichent avec un peu de retard suite aux enchères réalisées en RTB, par exemple.Le LCP (Largest Contentful Paint) mesure les performances de chargement. Idéalement, celui-ci devrait être inférieur à 2,5 secondes à compter du début du chargement de la page.

Qu’est-ce que cette update va changer ?

Selon David Eichholtzer, fondateur de l’agence WAM, cette update, est “la première pierre de ce que sera Google dans le futur”, à savoir, un moteur de recherche bien plus user centric. Mais son déploiement ne prendra pas la forme d’un “coup de semonce, il s’agit plutôt d’une variable d’ajustement qui va prendre du poids avec le temps au détriment d’anciens critères comme la présence de mots clés dans l’url”. Des propos en accord avec la réponse de John Mueller à un internaute sur Twitter, où il explique que le déploiement prendra deux mois.

Pour Julie Chamton, consultante SEO et présidente de l’association SEO Camp, “au travers des updates, Google donne des indicateurs sur la marche à suivre et en ce moment, ces indicateurs sont axés sur l’expérience utilisateur”. Ainsi, un site qui dispose d’un excellent contenu et d’une bonne UX sera peu ou pas impacté par cette mise à jour. “Si le travail a été fait à l’annonce des Core Web Vitals l’année dernière, aucun soucis”, précise Julie Chamton.

Attention cependant à ne pas tomber dans la psychose des positions, rappelle Fabien Raquidel, consultant SEO : “Les différences de ranking sur les premières positions sur Google sont parfois très ténues.” Il est possible que certaines requêtes placent votre site en première position et qu’en recherchant à nouveau sur ces mêmes requêtes, vous soyez second derrière votre principal concurrent. Surtout en période d’update.

Page Experience update : comment se tester ?

Des outils existent et permettent de mesurer le niveau d’UX d’un site et donc, in fine, de l’optimiser. Pagespeed insights, Lighthouse et le CrUX seront des outils capitaux pour déterminer rapidement si l’UX d’un site est correcte ou non. Julie Chamton préconise “de checker les positions et de suivre l’évolution quotidiennement”.

Concrètement, pour satisfaire aux exigences de Google, il faut travailler de façon générale l’UX de votre site. Cela passera par :

L’amélioration du temps de chargement : par exemple en utilisant des images dans les formats nextgen, qui disposent d’une meilleure compression, à savoir JPEG2000, JPEG XR ou bien les WebP. Réduire le poids du CSS et du JS est également conseillé.Un contenu de qualité et bien ordonné : par exemple un contenu avec un sommaire cliquable pour faciliter la navigation de l’utilisateurLe monitoring continu de votre site et de sa santé. L’accès est simple car il se trouve directement sur la search console de Google (rubrique “Expérience” puis “Signaux Web essentiels”). Cela permet de trouver facilement les points à améliorer sur desktop et mobile.L’utilisation de Pagespeed Insights vient en complément du monitoring, une fois que l’élément perturbateur on-page a été identifié. Pagespeed Insights délivre de précieux conseils sur les signaux web essentiels comme le FCP, le FID, le LCP et le CLS.

“Cette update force les référenceurs à revenir aux basiques et à s’intéresser plus à l’utilisateur qu’à des règles strictes”, estime Julie Chamton. Des propos qui font écho à ceux de David Eichholtzer : “Les marques doivent se poser la question : comment puis-je engager les utilisateurs avec mon site ?” La notion d’intention et de compréhension de l’internaute est plus présente que jamais. Si l’UX prend une part plus importante dans les facteurs de ranking, il ne faut pas oublier que “content is king” est toujours d’actualité, même si désormais d’autres facteurs viennent s’ajouter à l’équation.

Que faire si votre site n’est pas prêt ?

Bien que cette update soit lancée depuis le 16 juin, son déploiement sera donc lissé sur plusieurs semaines, cf la réponse de John Mueller et  la précision officielle de Google via son compte Twitter Google Search Central.

The page experience update is now slowly rolling out (Top Stories will begin using this new signal by Thursday). It will be complete by the end of August 2021. More here: https://t.co/kDwhhOYklK

— Google Search Central (@googlesearchc) June 15, 2021

Ce laps de temps peut permettre “de réaliser un audit sur les pages représentatives et importantes d’un site comme la homepage, une page produit ou un article dans le cas d’un blog”, indique Julie Chamton. Cet audit a pour but de déterminer le score obtenu aux différents outils mentionnés ci-dessus (Pagespeed Insights et Lighthouse notamment). En fonction des résultats, il faudra déterminer si des éléments ont besoin d’être améliorés ou non. “L’avantage, c’est que cette update arrive avant l’été. Les référenceurs auront un peu de temps pour remettre le site à niveau”, indique Julie Chamton.

The post Page Experience Update : êtes-vous au point ? first appeared on ProcuRSS.eu.