La Chine Change 

Fini la Chine pauvre, peu avancée… le pays change , innove. 

Aujourd’hui, les avancées technologiques dans l’Empire du milieu sont nombreuses. 
Pour ainsi dire, c’est le pays qui dispose le plus de réseaux sociaux et d’applications de messagerie au monde. La Chine est super connectée, et les services proposés sont eux de plus en plus digitalisés.

L’arrivée de l’intelligence artificielle a améliorée la vie de la population. C’est le cas par exemple de l’arrosage des champs d’orangers de Chong Qing. Alors qu’auparavant les agriculteurs passaient des journées entières dans les champs pour arroser leurs plants, un système de surveillance lié à leur mobile leur permet désormais de le faire à distance, et qui plus est : sans effort.

Les vies des Chinois ont été facilitées, simplifiées. 

Même pour les choses les plus courantes tels que les achats quotidiens. Ceux-ci peuvent maintenant être réalisés en ligne depuis des plateformes dédiées aux achats en ligne. Et le choix ne manque pas : vous pouvez utiliser Alibaba, Pinduoduo ou encore Tmall… pour n’en citer que trois.

Le e-commerce a la côte, mais aussi le M-commerce. Celui-ci fait référence au Mobile Commerce : le paiement par téléphone mobile.

Et c’est un pari gagné d’avance.

Nous utilisons plus facilement et souvent les mobiles que les ordinateurs. Et ça, chaque jour. Pouvoir commander un produit et même le payer depuis son téléphone portable, c’est très arrangeant, c’est rapide, et même sécurisé vu que votre téléphone portable est à usage personnel.

En plus de simplifier la vie de sa population, la Chine a vite compris l’intérêt d’Internet. Du moins ses entreprises ont compris qu’elles avaient gros à gagner.

Si on peut présenter un produit à deux personnes en une heure en boutique, internet a permis aux vendeurs de promouvoir ce produit à des milliers d’internautes dans un même temps en ligne depuis les réseaux sociaux.

Ces promotions gigantesques se font surtout en livestreaming -des vidéos tournées en directes-. Le produit est présenté en temps réel. Il est utilisé et on vante ses caractéristiques. La vidéo est attractive, animée, et les internautes se font une meilleure idée du produit lorsqu’il est filmé plutôt que simplement décrit dans un article.

De nombreuses applications permettent aux internautes de suivre ces livestreaming partagés en ligne. Les dernières à la mode : Douyin (aka Tik Tok), Kuaishou ou encore bilibili.  

L’apparition des KOLs*

Quand une personne prête son image à une marque, on la qualifie d’influenceuse. Et les influenceurs des réseaux sociaux : on les appelle KOL* Key Opinion Leader-. Il s’agit d’un gros business en Chine, les influenceurs se font payer par les marques pour vendre auprès de leur communauté. 

Leur enjeu est grand. Plus un KOL a de fans et d’abonnés sur ses comptes en ligne, plus il aura de visionneurs sur les vidéos qu’il partage.

C’est là que ça devient très intéressant pour les marques. Faire appel à un ou une KOL permet de promouvoir un produit auprès d’un grand nombre de personne sans difficulté. 

Bienvenue dans l’âge de la digitalisation : Les KOL existent même en étant virtuels. C’est déjà le cas de certaines marques telle que Gucci qui dispose d’Erica, sa KOL virtuelle qui partage l’image de la marque en ligne.

Ling : la première KOL virtuelle chinoise

En Mai 2020, Ling apparait. Et c’est la toute première KOL virtuelle d’intelligence artificielle qui est chinoise.

Co-créée par la start-up Shanghai XMOV Information Technology, et Beijing Cishi Culture Media Company, elle ressemble incroyablement bien à une personne humaine aux traits asiatiques (cheveux noirs, yeux fins…).

L’intelligence artificielle a permis à Ling de pouvoir adopter des expressions faciales et des mouvements permettant un lien concret et logique entre la KOL et le message qu’elle transmet lors de vidéos. XMOV parvient à contrôler jusqu’à chacun de ses doigts !

Ling dispose, comme tous les jeunes KOL chinois, de son propre compte sur Weibo -l’équivalent de Facebook en Chine-.

L’équipe qui gère son activité y a publié un message indiquant que Ling participera à des activités, des émissions en direct ainsi que des promotions commerciales. Elle publiera des vidéos parlant de l’opéra de Pékin et du contenu sur la mode (classique comme moderne).

Elle dispose déjà de partenaires reconnus comme Vogue ou Tesla et de millions d’abonnés sur son compte weibo. Ce secteur novateur promet de belles réussites.

Les idoles virtuelles en 3D sont en effet soutenues par la jeune génération chinoise et récoltent même les fruits de gros investissements.

Ceux-ci devraient atteindre jusqu’à 1,5 milliards de yuans d’ici 2023…

The post Ling : la première influenceuse virtuelle chinoise first appeared on ProcuRSS.eu.