Ornikar passe la quatrième. L’auto-école en ligne vient de boucler une quatrième levée et reçoit 100 millions d’euros des fonds KKR, Idinvest, BPI, Elaia, Brighteye et H14 dans le cadre d’une série C, révèle Techcrunch. La scale-up fondée à Nantes en 2013, par Benjamin Gaignault et Flavien Le Rendu, propose à ses clients de réviser le code de la route en ligne et réserver des leçons avec des moniteurs agrées, en vue de leur permettre d”obtenir le permis de conduire. Une fois le sésame obtenu, elle leur permet également de négocier une assurance auto la plus avantageuse possible. Ils sont près de 1,5 million à avoir réviser leur code en ligne et 2 millions à avoir réserver une leçon de conduite, selon des statistiques de la plateforme, qui a recruté près de 420 000 nouveaux clients au cours de l’année dernière. En 2019, son chiffre d’affaires s’élevait à 35 millions d’euros, a révélé Benjamin Gaignault aux Echos. Il est monté à 44,8 millions d’euros en 2020 et devrait avoisiner les 80 millions d’euros en 2021.

Une croissance qu’Ornikar explique, entre autres, par sa politique tarifaire plus avantageuse. Compter 750 euros, en moyenne, pour passer son permis chez Ornikar, contre 1 300 euros pour la moyenne du marché. De quoi permettre à la plateforme de s’imposer rapidement dans un marché hyper fragmenté, vieillissant et pas mal réglementé. Le lancement d’Ornikar lui avait d’ailleurs valu un long marathon judiciaire pour obtenir l’agrément nécessaire au bon fonctionnement de sa plateforme de mise en relation. La plateforme a déjà essuyé 18 procès depuis son lancement et les assignations continuent d’arriver réGulièrement sur son bureau, révélait le site Maddyness

En mettant un peu plus d’essence dans son moteur, Ornikar se donne les moyens d’étendre géographiquement ses activités via la marque Onroad. Son offre liée au permis de conduire n’est pour l’instant proposée qu’en France et en Espagne, l’activité liée à l’assurance automobile se cantonne elle au marché français. Lancée en plein confinement, cette dernière doit permettre à Ornikar de s’attaquer à un marché qui pèse près de 17 milliards d’euros dans l’Hexagone, dominé par des acteurs historiques comme la Matmut, la Maaf ou Macif. Des acteurs dont l’offre n’est pas adaptée aux attentes des nouveaux conducteurs, lesquels privilégient les tarifs compétitifs et l’expérience client à en croire Ornikar. “Les plus gros acteurs du marché ne sont pas à l’aise avec l’expérience utilisateur”, justifie Benjamin Gaignault à Techcrunch.

Le dirigeant anticipe que son offre Ornikar Assurance atteindra les 20 000 clients d’ici le mois d’août. Il est d’autant plus confiant que 80% d’entre eux n’ont pas eu recours aux autres offres de la plateforme, ils ont été recrutés en externe, via des plateformes comme Facebook ou Google. De quoi permettre à Ornikar de rejoindre la course palpitante des insurtech et s’espérer réaliser jusqu’à 50% de son chiffre d’affaires via cette activité.

The post L’auto-école en ligne Ornikar lève 100 millions d’euros pour accélérer à l’étranger first appeared on ProcuRSS.eu.