Qui aurait cru que l’année 2020 serait si bouleversante pour le retail. En quelques semaines, le secteur a connu une nouvelle transformation, d’une rapidité jamais vue jusqu’alors. La crise sanitaire du Covid-19 a rebattu les cartes des tendances de consommation et des envies des Français. Nos compatriotes semblent devenir confus. En effet, ils semblent pris au piège entre leurs convictions, leurs envies et leurs moyens qui se contredisent. C’est ce qui ressort d’une étude menée en plein confinement en France. Ainsi, 79 % des interrogés déclarent avoir besoin de consommer pour se faire plaisir et se libérer de la frustration. Et en même temps, ils sont presque autant, 78 %, à penser que la surconsommation mènera à l’effondrement de notre société. D’où l’appétit croissant pour les appareils reconditionnés en 2020. En 2021, on pourrait assister à l’explosion de ce marché, avec par exemple une progression de 20 % des ventes de smartphones reconditionnés.

Les conséquences sociales, écologiques et économiques de la pandémie de Covid-19 attisent l’intérêt des consommateurs pour l’économie circulaire. Avec la crise économique qui se profile, les Français s’attendent à une très forte baisse du pouvoir d’achat. C’est pourquoi, selon une récente étude, 49 % des Français se déclarent prêts à acheter du reconditionné pour maîtriser leur budget. Enfin, même les entreprises succombent aux offres reconditionnées. La crise a poussé les entreprises à débloquer des budgets conséquents pour accommoder les collaborateurs en télétravail massif. Ces coûts souvent non anticipés selon le modèle et la taille de l’entreprise ont favorisé la réflexion autour de la transformation du travail, mais également du matériel utilisé. TPE comme PME ont repensé leurs besoins, leurs utilisations et leurs budgets et ont réfléchi à des alternatives fiables, mais moins coûteuses que le neuf. Ces dernières ont préféré investir dans des produits reconditionnés qui remplissent toutes les cases : qualité, prix et fiabilité.

Le reconditionné devient un style de vie

Avec le renforcement de cette tendance, l’utilisation du reconditionné est devenu un style de vie, une attitude, un ensemble de valeurs, un look, une idée… « Dans laquelle le consommateur peut passer toute sa vie », comme dirait la journaliste et essayiste Naomi Klein. En 2020, poussées par les consommateurs, plusieurs grandes marques se sont intéressées aux vêtements et objets de seconde main et reconditionnés. La tendance était déjà là depuis un moment, mais l’année 2020 l’a décuplée. Les aspirations des adeptes de ce mode de vie ? Un monde plus écolo, une industrie vestimentaire ou électronique plus éthique et surtout un ralentissement de la surconsommation.

Ainsi, acheter du neuf n’est plus un marqueur culturel ni économique. On dirait même qu’acheter des produits sortis d’usine donne, en grossissant le trait, de l’urticaire à nos concitoyens. D’ailleurs, le marché des vêtements d’occasion a augmenté 21 fois plus rapidement que la vente de textile de première main. Tout aussi encourageant, un rapport de GlobalData pour ThredUp présage que le marché de la fripe devrait dépasser les achats de fast-fashion en 2028 ; un réel indicateur quant à la vitalité du marché de la seconde main, quel que soit le domaine.

La consommation responsable en pleine croissance

La fibre écologique gagne en importance et les Français se sentent de plus en plus concernés par les enjeux environnementaux. Selon un sondage, pour 26 % de nos concitoyens, l’environnement ressort même en tête de leurs préoccupations. Loin devant le chômage et l’emploi (13 %), l’insécurité (12 %), l’éducation (10 %) ou encore la protection sociale (10 %). En plein essor, les smartphones reconditionnés ont donc la côte auprès des consommateurs. Non seulement les prix défient toute concurrence, mais les smartphones reconditionnés représentent une alternative durable pour faire face au problème de recyclage des déchets électroniques, et limiter l’impact de l’obsolescence programmée.

Il est de notoriété publique que le cycle de production des téléphones portables est néfaste pour l’environnement. Selon l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie « les smartphones ont des impacts très lourds sur l’environnement : l’extraction des minerais, le transport, l’utilisation ainsi que la fin de vie sont autant des moments de vie qui laissent une trace sur la planète ». La production et la fin de vie de nos smartphones, ordinateurs et autres appareils technologiques sont responsables de la moitié des émissions carbone du secteur du numérique (4 % des émissions mondiales). Le reconditionné contribue fortement à limiter l’impact environnemental. La seconde main peut donc être une arme considérable dans la guerre contre la pollution et le gâchis de ressources naturelles.

The post La seconde main : nouveau réflexe nécessaire de consommation first appeared on ProcuRSS.eu.